Trouble primaire de langage chez l’adolescent (dysphasie)

Le projet

Déficience du langage
chez l’adolescent et le
jeune adulte : étude
pilote de collaboration
intersectorielle pour
optimiser les habiletés
de communication et

l’intégration sociale

 

Chercheure principale

Francine Morin, orthophoniste, programme « déficience du langage », CIUSSS-CN

Co-chercheurs

Chantal Desmarais, Ph.D. professeure titulaire, Université Laval et chercheure régulière au CIRRIS

Sylvie Tétreault, professeure, Haute école de travail social et de la santé, Lausanne, Suisse

Normand Boucher, chercheur régulier au CIRRIS

 

Ce projet a mené à la préparation de deux documents pour publication :

  1. 1.  Un acte de colloque intitulé « Trouble primaire de langage à l’adolescence et à l’âge adulte : recension des écrits sur les difficultés persistantes et les services offerts pour y pallier ».

    Les auteurs sont S. Falardeau, M. Lanthier, V. Tétreault, L. Gauthier-Charmard, F. Morin et C. Desmarais. Cet acte de colloque sera bientôt disponible sur le site du CRIRES.

    2.  Un manuscrit qui sera soumis sous peu pour publication et qui présente les résultats du projet.

    Les auteurs : Morin, F., Falardeau, S., Tétreault, S., Boucher, N., & Desmarais, C.

  2. Le titre : Trouble primaire de langage : expérimentation d’une intervention de groupe auprès d’adolescents et de jeunes adultes

  3. Le résumé : Peu de recherches documentent les besoins des adolescents présentant un trouble primaire de langage (TPL) et l’intervention leur étant offerte. L’objectif de l’étude est donc de documenter 1) les besoins des adolescents ayant un TPL et 2) les effets d’une intervention novatrice de groupe (expériences concrètes sur les thèmes suivants : autonomie, habiletés sociales et communication). Les résultats de cette étude qualitative auprès de sept adolescents ayant un TPL révèlent qu’ils présentent encore des difficultés en ce qui concerne les relations interpersonnelles, la communication, l’autonomie ainsi que la perception de soi et de leur TPL. Suite à l’intervention, les adolescents respectent davantage les règles de conversation, sont ouverts à aller vers les autres, désirent apprendre à effectuer des tâches ménagères à la maison et comprennent mieux ce qu’est le TPL. Il est donc recommandé de poursuivre l’intervention destinée aux adolescents ayant un TPL afin de développer leurs compétences en vue de la transition vers la vie adulte.

 

CIUSSS-CN Université Laval Alliance santé Québec