Résultats : Facteurs de protection et de risque identifiés

Facteurs de protection 

Facteurs qui permettent de prédire une trajectoire développementale positive dans la participation sociale des jeunes ayant une DMC.

  • Capacité des jeunes à se déplacer à l’extérieur du domicile et à utiliser les moyens de transport à leur portée, comme le transport en commun ou la bicyclette par exemple, sur leur participation sociale ultérieure.
  • Présenter un temps relativement rapide d’exécution des différentes tâches motrices.
  • Voir à son hygiène corporelle, s’habiller seul et collaborer à ses soins de santé et de réadaptation.
  • Avoir un comportement est jugé conciliant par les parents, qui sont peu portés à réagir par la colère et qui s’adaptent aisément.
  • Du côté des parents, ceux qui jouissent d’un soutien social répondant à leurs attentes et qui les aide à composer plus facilement avec les responsabilités reliées à l’accompagnement dont leur enfant a besoin, ont des enfants dont la trajectoire développementale de la participation sociale est prédisposée à un meilleur pronostic.

Facteurs de risque

Facteurs qui permettent de prédire une trajectoire développementale négative dans la participation sociale des jeunes ayant une DMC.

  • Présenter un moins bon niveau d’habileté motrice tel qu’estimé par le GMFCS.
  • Présenter de moins bonnes habiletés à participer à la préparation des repas, et à l’entretien intérieur et extérieur du domicile.
  • Avoir un faible taux d’activités physiques, d’activités relaxantes (p.ex. écouter de la musique), et une autonomie de déplacement limitée.
  • Les aspects relatifs à la scolarisation agissent comme facteurs de risque d’une trajectoire négative de la participation sociale, soit les embûches liées au fait de se rendre et de se déplacer à l’école, à participer aux activités d’apprentissage et à réaliser les travaux scolaires à la maison, de même qu’à utiliser les infrastructures et participer aux activités parascolaires.
  • Du côté des parents, un faible sentiment de compétence dans l’exercice de leurs rôles parentaux peut être une entrave à la participation sociale ultérieure des jeunes.
  • Un mauvais état de santé du parent accentuerait également le risque d’une moins bonne trajectoire développementale de la participation sociale chez le jeune.

CIUSSS-CN Université Laval Alliance santé Québec