Déficience motrice cérébrale et participation sociale

Qu’est-ce que la déficience motrice cérébrale ?  

  • La déficience motrice cérébrale (DMC) fait référence à un groupe de désordres permanents du développement et de la posture. Elle se caractérise principalement par des problèmes de contrôle, d’exécution et de coordination des mouvements moteurs volontaires
  • La déficience motrice cérébrale est le type d’incapacité physique le plus fréquent chez les enfants et les adolescents
  • Les incapacités motrices de ces jeunes sont souvent accompagnées par des atteintes au plan sensoriel, cognitif, de la communication, de la perception ou du comportement

Et la participation sociale ?

  • Définition: Capacité d’une personne à réaliser les rôles sociaux et les habitudes de vie courants en fonction de son âge, de sa culture et de ses différents milieux de vie  

La notion de participation sociale est étroitement liée aux notions de bien-être et de qualité de vie. Elle s’avère contributoire à l’équilibre physique et psychologique des personnes

 

Inversement, une participation sociale restreinte est reconnue pour entraîner une diminution de l’estime personnelle, le repli sur soi, l’isolement social, l’accroissement du risque d’intimidation ainsi que l’exacerbation des difficultés d’insertion socioprofessionnelle une fois atteint l’âge adulte

Dans une perspective de droit à l’égalité, la politique À part entière (Office des Personnes Handicapées du Québec (2009) souligne la nécessité de dégager des pistes d’action pour favoriser le développement optimal des capacités des jeunes ayant une déficience motrice cérébrale, leur autonomie et, surtout, leur participation à la vie sociale.

La capacité de comprendre et de se faire comprendre est en effet essentielle aux échanges interpersonnels propres au développement des relations d’amitié et à la vie en société typique de l’adolescence.

Les troubles de la parole, du langage et de la communication observés chez une majorité de jeunes ayant une DMC jouent un rôle très déterminant dans leur capacité à vivre cette étape de façon harmonieuse, notamment dans la mesure où la capacité à communiquer facilite l’intégration à un groupe d’amis et à la communauté.

Références-clés :

[1] Rosenbaum, P, Paneth, N, Leviton, A, Goldstein, M., Bax, M. (2007). A report: The definition and classification of cerebral palsy. Developmental Medicine & Child Neurology, 109, 8-14.

[2] Une définition de la participation sociale : http://www.ripph.qc.ca/fr/mdh-pph

CIUSSS-CN Université Laval Alliance santé Québec